Optimisez vous vos vidéos pour le mobile ?

Comme dans toute profession avec l’arrivée de nouveaux outils, il est important de faire évoluer ses méthodes et ses productions pour toujours rester pertinent.
La production vidéo ne déroge pas à la règle, et le changement vient cette fois du côté du mobile car aujourd’hui la consommation d’internet mobile est devenue nettement supérieure à celle du desktop.
Sur Facebook, cela se concrétise par plus de 92% des connexions qui sont désormais réalisées sur mobile !
Les répercussions sur la consommation de vidéo sont donc énormes et il est temps de faire un point sur la manière d’appréhender correctement les spécificités de ces terminaux.
 
Mais alors, quels sont les secrets afin que votre production vidéo soit optimale ?

A – LE FORMAT

Un écran de téléphone est très différent d’une télévision ou d’un écran d’ordinateur. Plus petit, il peut également être mis à l’horizontal ou en vertical. Il est donc primordial de penser à adapter le format de sa vidéo à ce nouveau type d’écrans.

1 – Le format carré ou le ratio 1:1

Premier avantage du format carré : Que l’on tienne son téléphone à l’horizontale ou à la verticale, la vidéo reste la même.
De plus, par rapport à une vidéo horizontale 16/9eme classique, elle occupe 38% d’espace en plus, son visuel est donc plus grand, et attire d’avantage l’attention.
On vous laisse comparer sur un flux mobile la taille et l’impact visuel que cela a. Alors, quel est celui sur lequel vous cliqueriez ?
Sans trop de surprises, la vidéo carrée (square) obtient des taux d’engagement supérieurs aux vidéos horizontales (Landscape) sur les principaux réseaux sociaux.
Et si vous pensez que ce format risque de vous desservir sur desktop, le graphique ci dessous devrait vous rassurer :
Le format carré est donc une excellente porte d’entrée dans la vidéo mobile. D’un point de vue tournage, il est assez facile d’adapter une production horizontale au format carré, mais évidemment, le mieux est encore de l’anticiper dès la captation.
Exemple de vidéo carrée pour la marque Headict.com
Vous trouverez une analyse extrêmement approfondie sur le site de Buffer, où ils comparent le format carré et horizontal avec un 1500 $ de budget média test ( en bas d’article )

2 – Le format vertical

Ce format est arrivé avec les téléphones mobiles et se développe maintenant sur d’autres plateformes, comme par exemple les écrans publicitaires physiques en vitrine.
Il offre un point de vue différent. Créativement parlant, cela permet des axes de prise de vue originaux et audacieux. Et en terme de consultation, il offre une immersion totale chez le spectateur mobile. Précisons que d’après le très sérieux mobile marketer, 98% des spectateurs gardent leur téléphone en mode vertical lors de la consultation de vidéo…
De nombreuses plateformes l’utilisent déjà : Snapchat / Instagram stories / Facebook et on ne serait pas étonné de voir d’autres plateformes y passer prochainement.

Quelques chiffres clés :
>> Sur facebook, les vidéos verticales ont 4x plus d’engagement que les vidéos carrées
>> Les vidéos verticales ont environ 14% d’audience en plus par rapport aux vidéos carrées
>> Le taux de vues complètes serait plus élevé de 90 % par rapport à des vidéos horizontales.

B – LE TEMPS D’ATTENTION :

Sur mobile, chaque seconde compte.
Les études montrent qu’il faut environ 1,7 secondes à un internaute sur Facebook pour savoir si il va décider de consulter un contenu ou non.
Regardez la très récente bande annonce du prochain Blockbuster holywoodien « Justice League ». Vous constaterez que les 5 premières secondes sont à part. Elles agissent comme un « appetizer » , pour inciter le public à regarder la vidéo, pleine de promesse de scènes d’actions dantesques.

C’est donc primordial d’attaquer votre film par des scènes que l’on considère des « key visuals ». Une intro forte, un visuel original, pour immédiatement accrocher le spectateur dès les premières secondes.
Elles vont apparaitre immédiatement dans le flux de votre réseau social, en autoplay. Vous avez donc 5 secondes maximum pour capter l’attention votre audience.


C – LE SON :

Dites vous maintenant qu’il est très probable que vos vidéos soient vues sans son
. D’où l’importance du sous-titrage dans un premier temps, mais également de penser à écrire des vidéos qui soient compréhensibles sans son.

Aujourd’hui 76% des publicités vidéos produites nécessitent du son pour être correctement comprises. C’est un chiffre beaucoup trop élevé quand on sait que 85% des internautes consultent des vidéos sans son.
Le type de narration change, et savoir raconter son histoire sans son, la rend également plus internationale. Prenez l’exemple ci-dessous et consultez le sans son.
Si vous arrivez à identifier le produit, la marque, le message et à être touché par l’histoire, le pari est gagné.
Conclusion :
Pour conclure ce petit article, il est essentiel aujourd’hui pour les annonceurs d’adapter leurs productions à ces terminaux mobiles. Les règles sont simples, et même si elles semblent parfois audacieuses, ou différentes, elles portent leurs fruits quand on se penche concrètement sur les résultats.